Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 21:46

Nombre d’heures de jeu: 25,5H

 

Baromètre de la semaine: plusieurs absences cette semaine (différentes de celles que nous connaissions/ Maïa se pose plus longtemps, elle passe de longs moments à regarder les livres notamment celui des bobos qu’elle demande beaucoup/ se frotte les mains en voyant les enfants du livre, fait le lien avec la prise électrique de la salle/ Paul et moi constatons qu’elle tape plus dans ses mains (est-ce lié au livre avec lavage des mains? toujours être vigilant que cela ne devienne pas un stéréotype)/ elle aime les playmobils...idem vérifiez qu’elle reste bien présente par le regard et qu’elle ne s’enferme pas dans les objets...

Maïa tape et pince: insistez sur la douceur...

Un super week-end avec papa à Rouen...

Petit conseil: j’ai mis dans la salle un bac de déguisement, évitez de tout sortir en même temps pour ne pas que Maïa s’éparpille. Lors d’un jeu, ne sortez que quelques objets à la fois!

 

Lundi matin, Maïa tend le bras vers l’étagère mais refuse les jeux proposés par Christiane à l’exception de son sac. Alors qu’elles regardent des photos de Lilou sur le portable, Maïa accepte que Christiane lui délie l’index pour faire défiler 3/4 photos. Une fois le téléphone rangé, Maïa le redemande mais ne s’énerve pas quand Christiane lui explique que c’est terminé. En voyant Christiane manger un bonbon Tic-Tac, Maïa en demande «veux!». Notre chipie apprécie le goût mentholé et en veut un deuxième...Face à la glace, Christiane lui demande de tirer la langue pour voir si elle a terminé le premier bonbon, ce que fait Maïa...Quand Christiane lui explique qu’elle ne peut pas la porter parce qu’elle a mal au dos, Maïa la regarde et cache ses mains derrière le dos! Très calme, Maïa sollicite  Philippe dès lors qu’elle veut faire une activité. Il comprend qu’elle souhaite le sac de balles mais ne la voyant pas formaliser clairement sa demande, il passe à autre chose. Elle revient vers lui, le prend par la main pour lui demander à nouveau les balles. Il pointe du doigt le sac en hauteur, tente de lui délier l’index afin qu’elle l’imite, sans résultat. Quand il lui demande si elle veut le sac, elle lui répond: «AVEU AVEU». Eric et Maïa passent une bonne partie de la séance à regarder le livre «de la journée». Elle est particulièrement attirée par les images où se trouve le bébé. Maïa ne babille pas mais les échanges par le regard sont nombreux. Quand Eric prononce le mot «hamac», elle donne l’impression de vouloir répéter avec des «a a a». En récréation, Sophie se cache, Maïa continue son chemin, se retourne, fait quelques pas en arrière pour la chercher. Ne la trouvant pas, elle poursuit sa route mais se retourne à nouveau, intriguée de ne pas voir son amie...Sophie sort de sa cachette, Maïa lui sourit! En salle, Maïa tend le bras vers les étagères, se laisse faire quand Sophie lui délie l’index pour solliciter le pointage. Elles jouent un long moment avec les playmobils. Maïa, très attentive aux histoires que lui raconte Sophie, l’imite en faisant voler l’avion et en répétant un équivalent de «VROUM VROUM».

Maïa comprend parfaitement quand Sophie lui dit, «derrière toi prends le...», sans accompagnement par le geste. Elle bave et porte beaucoup les objets à la bouche.

 

Mardi matin, les séances sont maintenues malgré l’épisode d’absence à 8H30. Marie-Claire retrouve une petite fille en forme: Maïa se balance dans le hamac et essaie de toucher Marie avec ses pieds...A la demande de Maïa, elles jouent aux playmobils. Quand Marie-C lui demande de mettre un bonhomme dans sa remorque, Maïa délaisse sa voiture, installe le personnage dans celle de Marie puis repart dans son jeu. (Merci Maïa!)

Avec Claudine, Maïa prend une chaise qu’elle approche du hamac pour y grimper seule. N’y arrivant pas, Claudine lui propose son aide qu’elle refuse l’air de dire «Laisse-moi faire toute seule!».

En début d’après-midi, Maïa passe un certain temps dans le hamac, Martine s’isole en prenant un livre. Notre coquine la rejoint, s’installe sur ses genoux, écoute attentivement les bruits d’animaux et l’imagier des bobos commenté par Martine.

Catherine constate que Maïa est plus calme aujourd’hui. Elles jouent au moins un quart d’heure avec les playmobils. Maïa imite la petite fille qui se lave les mains en frottant les siennes (page d’un livre).

 

Mercredi matin, Maïa s’est levée tôt pour une prise de sang à jeun. Malgré la fatigue, elle joue pendant 30 minutes avec les playmobils: installation des voyageurs dans l’avion, le bus, décollage, atterrissage...Elle adore les scénarios de Christine! En fin de matinée, Colette et Maïa passent une grande partie de la séance à regarder les livres «attention bobos» et celui qui retrace «la journée d’un enfant». Comme avec Christine, Maïa se frotte 

les mains dès que Colette lui explique qu’un des enfants s’est blessé la main. La voyant se frotter les yeux, Colette lui propose de s’allonger sur le matelas, ce qu’elle fait mais cela ne dure pas longtemps. Quand Nathalie arrive, Maïa remarque aussitôt le chewing-gum qu’elle a dans la bouche. Peu gênée, elle fouille dans le sac de Nathalie pour en prendre un! Nathalie a du mal à la canaliser: Maïa la regarde peu, jette la table, les chaises, les jeux proposés par Nathalie. Rien ne semble l’intéresser...elle a certainement le contre-coup de la prise de sang du matin. Après un début de séance agité (elle pince le nez d’Elodie, puis «bagarre»), Maïa se pose pour feuilleter l’imagier du Père Castor puis celui de la journée des petits. Elle semble absorbée par ses lectures...

 

Jeudi matin, Maïa lève le bras pour demander le hamac, s’y installe et se balance seule. Fatiguée, elle se frotte les yeux et s’endort une vingtaine de minute. Thérèse et Maïa s’installent à califourchon sur une chaise pour voyager en «voiture»:  imitation du klaxon (tut-tut). Maïa participe activement, demande peu d’objets durant la séance, mais touche beaucoup le visage de Thérèse: elle lui retire ses lunettes d’un geste rapide (comme à chaque séance), lui attrape le nez (Thérèse renifle, simule l’éternuement, fait le cochon, le klaxon quand elle appuie dessus). Maïa attrape aussi ses oreilles (ou plutôt boucles d’oreille), donne des tapes...Quand Claudine arrive, Maïa lui demande aussitôt les playmobils (miracle selon Claudine qui n’a pas l’habitude d’avoir des demandes si précises...): 45 minutes de jeu, Maïa ne s’énerve pas quand elle ne réussit pas à retirer les jambes et cheveux des personnages...S’en suit 30 minutes de lecture du livre des bobos choisi par Maïa! D’après son CR, Claudine est aux anges car elle n’a jamais aussi bien «joué» avec Maïa!!!! Après la sieste, Chantal retrouve une petite fille bien calme et attentive aux histoires qu’elle lui narre. Très présente par les regards, les sourires, Maïa aurait employé à bon escient des mots comme «ouou» (coucou), «pa-ti» (parti) et «maman». A voix chuchotée , Chantal lui raconte lentement l’histoire ci-dessous:  " Ce matin , maman est partie au travail. Comme toutes les mamans , elle a fait un gros bisou à son petit chaton. Puis elle a pris son sac , son manteau et certainement son parapluie car aujourd’hui encore , il pleut. Pour aller au travail, maman est partie en trottinette. Maïa l’ interrompt  illico par un NON net et précis. Chantal enrichit le jeu (Maïa est très attentive et guette ses mots):

- " maman a pris son vélo pour aller travailler "

 " non " dit Maia très sérieusement

 

- " alors maman est partie au travail en train "

 - réponse du tac au tac : " non"

 

- " je crois que maman a pris sa voiture "

 - réponse affirmative avec un petit son " hum" ( sans mouvement de la tête)  accompagné d’un beau sourire !

 

Vendredi matin, Marie-France  et Maïa feuillettent un livre pendant 20 minutes. Maïa se frotte les mains en voyant la petite fille se les laver. La fin de séance est plus tonique: avion, elle grimpe sur une chaise pour monter sur le dos de Marie-France...Comme beaucoup d’entre vous, elle constate que notre chipie est de plus en plus présente et active dans les jeux. Quand Julia lui propose de sortir prendre un goûter «on va demander à papa», Maïa la suit et accepte de lui donner la main. Alors qu’elles regardent un livre sur lequel il y a des prises électriques, Maïa se lève pour toucher celle de la salle (attention!!!). Elle est encore brusque dans ses gestes: Maïa tape et pince (sans intentions réelles de faire mal).

 

La vie à la maison:

 

Lundi matin, Maïa retrouve mami avec le sourire. Après le déjeuner, elle se lève seule de sa sieste et allume dans sa chambre. 

Alors que je viens d’arriver chez mes parents (19H), bien que Maïa soit en pleine forme, elle fait une absence de très courte durée. Ses crises sont différentes depuis quelques jours; Maïa «n’est pas là», sourit et revient à elle en geignant...

 

Mardi matin, Maïa fait une nouvelle absence vers 8H30. Elle semble dans la lune, revient à elle, repart, sourit «aux anges». Sa lèvre supérieure se soulève du côté droit (rictus). La crise se passe sans valium. 

Maia déjeune sans difficulté...papi et mami rusent en mettant quelques morceaux de poire dans la mousse au chocolat. Notre petite Maïa n’est pas dupe et recrache le fruit...

 

Mercredi matin, Maïa a RDV à 8H pour une prise de sang à jeun. Son comportement est remarquable: bien calée sur les genoux de son papi, elle attend patiemment que l’infirmière remplisse plusieurs tubes. Elle regarde attentivement ce qui se passe et ne pleure pas. La piqûre terminée, elle avale d’un trait son biberon chaud et un kinder offert par le laboratoire! 

 

CR WEEK-END de PAPA PAUL

 

 

Départ vendredi après la sieste, premier vrai road trip à 2. Les voyages se déroulent mieux: les parcours automobile sont devenus très interactifs (chants de T’choupi, jeux de langue, rigolade dans les rétroviseurs, pas d’ipad, Maïa regarde les vaches à l’extérieur).

Petite pause dans la Sarthe pour se détendre, seconde partie de trajet aussi sympathique. J’en reste ébahi, j’avais peur de ce trajet, je me souviens des allers retours dans Paris où ses réveils chaotiques me faisaient tant souffrir. Ce cap semble franchit, le WE peut se poursuivre. Grimpette, bataille, dodo, première nuit sans souci.

 

Le Samedi, réveil à 7h.

Le Chat Kazoo semble être son premier objectif, pas une minute à perdre il lui faut tout de suite. Course, jeu de laine, croquettes....infatigable, à peu près calme avec des «miaous» qui arrivent vite. Elle comprend qu’avec les cris l’approche se complique. 

Un petit coup de patte suffira à comprendre que la queue du chat est une partie sensible...émotion de tristesse et faciès déconfit. Papa est content. 

 

Réinvestissement extérieur via la trottinette dès 9h, des promenades (la forêt n’est pas loin), une vidange de flaque d’eau (40 min à en vider une quoiqu’il arrive) où elle revient tranquille. En fin de matinée, je lui propose un documentaire animalier sur les tigres qu’elle apprécie et s’endort après 20 minutes en boule, saine fatigue...

Après la sieste, nous sortons faire les «zozos» malgré la pluie. Les voisins, les amis, la famille retrouvent la petite Maïa. Elle a déjà tellement grandit. Pour ses 4 ans, je lui paye un petit tour à la ferme où mamicha a grandi. Devant les vaches, je sens qu’une certaine méfiance s’installe...les poules l’intimident mais son talent footballistique m’oblige à la sortir du parc des gallinacés bientôt en furie.

 

Petit tour avec Papa au cimetière pour saluer le Papi qu’elle ne connaîtra jamais. C’est la première discussion avec ma fille, je suis ému et je crois qu’elle a saisi que j’avais un papa aussi.

 

Après le dîner, je lui parle de sa maman et le coup de fil quelques minutes plus tard déclenche un sourire inoubliable dès le premier mot prononcé par Méli. Nos regards nous suffisent. Fugace mais de latence normale avec une petite larme pour moi pour ce moment magique. Maïa somnole sur le lit avec le téléphone, elle voit la photo de maman, elle écoute..elle gazouille.

 

Dimanche matin, ses premières pensées vont à Kazoo, mamicha et moi ne faisons pas le poids face à ce petit félin qui l’inspire. Les activités sont grossièrement identiques à la veille mais cette fois il fait très beau.

Patinette, balançoire, fleurs, grimpette, forêt, animaux, course poursuite, petits bobos sans panique. Nous devons repartir à 14h pour ne pas arriver trop tard pour la reprise du lundi (maman trépigne aussi).

Le Tigre Pompom est son nouvel ami. Précieux atout pour le retour en voiture. 

Retour identique. Complicité, pause autoroute à mi chemin. 

Les «Ah ah» démoniaques voire un vrai oui augmentent aussi. 

Son attention visuelle dans les rétroviseurs persiste, elle adore sentir le vent sur sa main qui dépasse du carreau.

 

J’appréhendais cette situation sans maman. Je suis sûr qu’il reste des progrès possibles à très court terme; ce WE m’en a fait la démonstration et les confirmations diagnostiques récentes m’ont aussi conforté sur ce point de vue.

Pas de crises neurologiques ce WE. Presque pas de cris, les tapes se majorent cependant mais c’est une ébauche gestuelle de communication qu’il faut savoir exploiter. 

 

Arrivée à Saint Sebastien Sur Loire: maman est impatiente de retrouver son chaton. Retrouvailles festives, la famille est réunie.

C’était le premier WE que je passais seul avec ma fille, il fût plus que réussi.

Grand merci à Mamicha et la Team Rouennaise.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de maia-methode3i
  • : Je m'appelle Maïa. Je suis née le 4 avril 2009. Je présente un retard de développement avec troubles du spectre autistique. J'ai commencé la méthode des 3I au mois d'octobre 2011. Ce blog permet à mes bénévoles, ma famille et mes amis de suivre mes progrès au quotidien. Ce blog permet également à ma maman de partager notre expérience...
  • Contact

Recherche