Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 17:39

Nombre d’heures de jeu: 20,5H

 

Baromètre de la semaine: 3 jours de «vacances» à la maison, des séances avec maman et mami, Maïa ne décolle pas une seule fois le lino et ne tire pas sur le radiateur...

Découverte du chewing-gum avec lequel je fais différents jeux de bouche, 

Nouvelle crise d’épilepsie

Lors de nos sorties extérieures, Maïa est difficile à canaliser: elle court, touche les passants, les poussettes, les vélos....Elle crie plus qu’avant!!!!!

C’est épuisant!!!!!!!

 

Après un voyage au ski écourté et un week-end très sympathique entre cousins et amis, nous profitons de nos quelques jours de «vacances» à la maison...

Qu’il est bon de ne pas se presser et de ne pas guetter l’horloge le matin....

Lundi, après un premier réveil à 6H, Maïa se rendort jusqu’à 9H15. 

En fin de matinée, je l’attire en salle avec mon chewing-gum. Maïa adore ça, elle scrute ma bouche pour voir si je ne «machouille» pas...essaie d’y rentrer ses petits doigts avec l’envie d’en attraper un morceau...

Assises face au miroir, nous jouons avec un chewing-gum: pour lui faire «travailler» sa langue, je lui demande de venir le chercher de bouche à bouche. La semaine passée, Nathalie lui a montré que l’on pouvait tirer sur celui-ci et en faire un grand fil. Maïa l’imite en tirant sur son morceau. Je lui colle sur le nez, le miroir, sur le haut et le bas de la lèvre lui demandant de le récupérer à l’aide de sa langue ce qu’elle ne fait pas encore. Nous restons ainsi 30 minutes, nos échanges semblent lui plaire.

Ne pouvant m’asseoir dans le hamac (peur de le casser), je m’y cale à l’aide de ma tête et mes épaules. Les fesses au sol, je pivote sur moi-même tel un hélicoptère. Cette variante séduit totalement Maïa qui s’asseoit sur mon ventre, nous tournons ensemble en riant. 

Depuis quelques jours, je lui parle de ses copains Ada, Gabrielle et Teddy (petit garçon que nous avons rencontré sur une aire d’autoroute). Elle répète: Ada, Gaby et Teddy.

Après la sieste, Maïa et moi retournons jouer en salle pour une séance axée sur le «souffle». Nous renouvelons l’expérience du chewing-gum, puis utilisons la flip-flap ball.

 

LOT-DE-2-FLIP-FLAP-BALL.jpg

 

C’est un tube avec une corbeille, on y dépose une balle très légère que l’on doit faire voler en soufflant dans l’embout, et la faire retomber dans le panier. 

En général, les enfants sont censés comprendre qu’ils doivent maîtriser leur souffle s’ils ne veulent pas passer leur temps à courir derrière la balle. 

 

Ce jeu plaît beaucoup à Maïa qui souffle dans l’embout. En revanche, elle a du mal à suivre mes consignes «souffler fort» et «souffler doucement». 

Cela ne la dérange pas de faire tomber la balle, bien au contraire, elle s’en sert de ballon de foot la bourrique!!!

J’alterne avec les pompons en laine, un morceau de papier, le mini ballon de basket. Maïa constate que tous les objets ne peuvent s’envoler car certains sont trop lourds. 

Je lui montre que l’on peut se servir de l’embout pour faire rouler un pompon en soufflant dessus. Elle m’imite en soufflant avec la tige sur le pompon posé en haut du toboggan.  

Elle ne veut plus jouer, je veux qu’elle m’aide à ranger les pompons. Elle en ramasse 2 qu’elle pose dans la boîte puis je lui demande les 3 autres. Je sais qu’elle les a vus, mais elle n’est pas décidée à me les rapporter. Je lui redemande à 2/3 reprises, j’attends patiemment lui expliquant que nous ne ferons rien d’autre avant d’avoir rangé. Après 5 bonnes minutes, elle prend les 3 pompons en une fois et les pose dans la boîte à oeufs.

Sans cri, sans énervement, Maïa a fini par m’écouter....

En fin de journée, nous profitons d’un peu de soleil pour nous aérer dans le jardin de papi mami. Alors que nous partons en voiture, Maïa regarde Paul derrière la vitre et répète «Owoir papa» en m’entendant dire «Au revoir Papa!».

Maïa sait faire de la balançoire toute seule! Elle prend de l’élan lorsque nous lui demandons.

 

IMG_2574.jpg

 

 

Mardi matin, j’introduis 5 grosses boîtes à chaussures dans la salle. Je me suis inspirée d’un exercice décrit dans un livre d’activités pour enfants autistes.

Exercice: pour travailler sa motricité globale, utiliser 5 grosses boîtes à chaussures en guise de légo. L’enfant apprend à les soulever (volume plus important) et à les empiler.

Je propose à Maïa de construire une cabane; nous utilisons les boîtes en guise de mur autour de la table rose. Notre coquine prend un malin plaisir à les écrouler. Elle ne cherche pas à les empiler. Elle ouvre les couvercles que je détourne en voiture. Elle m’imite en s’asseyant dans un couvercle. Nous nous déplaçons chacune avec notre véhicule. Mami Isabelle prend la relève, elle a confectionné un nouveau jeu de motricité fine: elle a percé plusieurs trous sur le couvercle d’une boîte à chaussures et y à insérer des bouchons de liège. Cette nouvelle activité intéresse Maïa qui enlève et remet les bouchons plusieurs fois. Quand Isabelle remarque qu’il pleut, Maïa se dirige à la fenêtre. Elles chantonnent, Maïa suit du doigt les gouttes qui ruissellent sur la vitre.
Nous passons l’après-midi au Jardin des Plantes. Après plusieurs tours de manège, nous marchons dans le parc, Maïa est encore beaucoup en mouvement....

 

Mercredi matin, Maïa se prend à l’histoire que mami lui raconte avec les bonhommes en bois à enfiler sur une tige. Elle observe et place maladroitement les pièces sur le socle. Isabelle aurait entendu Maïa dire «pompon» en lui disant «Tu vas me chercher le...». Elles reprennent un instant le jeu des bouchons qu’elle replace bien dans les trous. Lorsqu’une activité plaît à Maïa, elle prend sa chaise et s’installe à la table qu’elle tire bien à elle. 

En fin d’après-midi, nous l’emmenons chez Leclerc. Il y a un espace souterrain avec des poupées animées...Maïa observe mais «tapote» beaucoup les enfants près d’elle. Je sais qu’elle ne cherche pas à les embêter, mais à communiquer. Cela m’agace de la voir faire...je lui explique qu’elle doit être plus douce mais c’est encore difficile pour elle. Je crois bien faire en lui proposant un mini chariot....grosse erreur...Maïa ne nous écoute pas, suit son chemin, touche les gens qu’elle croise et crie dès qu’on l’en empêche. Nous rentrons épuisées...

Afin de préparer au mieux mon entretien du lendemain, Maïa passe la nuit chez ses grands-parents. Endormie à 21h, elle ne se réveille qu’à 7h le lendemain!

 

Les «vacances» sont terminées, les séances reprennent avec Agnès, jeudi matin. Maïa jette les jeux qu’elle lui propose, puis s’installe dans le hamac. Elle décolle le lino mais Agnès fait diversion en regardant par la fenêtre. Elle commente ce qu’elle voit, Maïa demande à être prise dans les bras. En fin de séance, alors que Maïa appelle «Maman» accrochée à la porte, Agnès lui propose d’aller faire pipi. Maïa lui aurait répondu d’un sourire coquin en faisant «oui» de la tête.

Maïa rentre seule dans le cabinet d’orthophonie, elle me referme la porte au nez en disant «Owoir». Après une bonne séance, Nathalie me propose de les rejoindre pour faire un point. Maïa ne supporte pas que l’on discute, crie, touche à tout et pleure dès qu’on la reprend. Nathalie constate une nette différence en ma présence. Maïa est difficile , plus capricieuse et me teste constamment. Assise dans le hamac, Maïa observe Nicole du coin de l’oeil. Elle se lève, touche les jeux de Nicole puis retourne s’installer dans sa balancelle. Nicole feinte en lui tournant le dos, c’est alors que Maïa découvre la fermeture éclair que Nicole a dans le dos. Le zip l’intrigue, elle le touche, Nicole lui demande si elle en a sur ses vêtements. Maïa cherche sur son pantalon, sur sa chemise qu’elle soulève découvrant son ventre. Nicole lui explique qu’elle n’en a pas mais qu’elle a des boutons sur son gilet. Elle lui montre, Maïa en trouve un puis deux puis trois...Elle cherche ensuite sur la tenue de Nicole mais n’en voit pas. 

 

Vendredi matin, Maïa se réveille grognon à 7H10. Je lui propose de me rejoindre dans la cuisine dès qu’elle sera de meilleure humeur. Je prépare le biberon...je retourne dans la chambre, ma petite tête de mule ne se lèvera pas si je ne vais pas la chercher.

Je lui donne son biberon, lui propose quelques fruits secs et une biscotte. Comme chaque matin, je lui mets un dessin animé sur l’Ipad. Cela me permet d’aller faire les lits rapidement...Je m’absente 5 minutes...Lorsque je rentre dans la cuisine, Maïa a renversé ses fruits, retiré son bavoir. Elle tend le bras vers les étagères, je pense qu’elle me demande les chewing-gum. Je la trouve bizarre, le regard vague. Je lui parle mais je constate qu’elle est absente, ses pupilles sont dilatées. Je comprends qu’elle fait une crise d’épilepsie, j’ai le réflexe d’attraper mon portable pour la filmer. Les médecins nous avaient demandé de filmer la prochaine crise afin de mieux l’analyser. Je filme 1 minute 30, je lui parle. Elle tend le bras, sa bouche est entrouverte, j’entends le bruit de glotte comme la première fois. Nous approchons des 5 minutes de crise...je la prends dans mes bras.

Je vais dans sa chambre pour lui injecter du valium.

Les pompiers interviennent rapidement. Arrivées au CHU, Maïa a repris ses esprits mais vomit comme les premières fois (environ 30 minutes après). 

L’EEG réalisé confirme l’activité épileptique de Maïa. Comme évoqué lors de notre RDV avec le neuropédiatre, nous attendons les résultats de la ponction lombaire avant de commencer un éventuel traitement antiépileptique.

 

Samedi matin, Maïa se réveille en forme après une nuit complète. Avec Danielle, elle s’installe dans le hamac et tape dans les objets que Danielle met autour d’elle.

Une chose, faites attention de ne pas trop répéter ce jeu car Maïa doit aussi faire travailler ses mains. Elle est déjà «très à l’aise» avec ses pieds!

Elle décolle le lino plusieurs fois, Danielle a du mal à l’en détourner.

Alors qu’elle souhaite ouvrir la porte, Danielle lui explique que ce n’est pas l’heure, Maïa aurait répété «eur». 

Avec Dominique, elle se glisse d’abord sous le trampoline posé au sol. Dominique lui chante «La famille Tortue», Maïa claque la langue. Maïa monte dessus, essaie de sauter en pliant bien les jambes. Elle bouge bien mais cela ne suffit pas à lui faire décoller les pieds. Dominique l’encourage, lui propose de l’aider, mais Maïa refuse préférant se débrouiller seule. Elle place le trampoline sous le hamac et cherche à savoir ce qu’elle peut en faire...Elle tente des expériences (peut-être cherche t’elle à se suspendre comme je l’ai fait avec elle en début de semaine?) testant la réaction de Dominique. 

La séance avec Marie-France est difficile, Maïa «chouine» accrochée à la porte pendant 30 minutes. Nous jouons avec du chewing-gum que nous passons de bouche à bouche. Nous soufflons dans le flip flap ball. Après un certain temps, je lui retire son chewing, j’ai peur qu’elle l’avale. Cela ne lui plaît pas, elle se frustre et crie. 

Marie-France et moi lui proposons une partie de ballon qui ne l’intéresse pas. Maïa est têtue et ne souhaite qu’une seule chose, récupérer son chewing-gum....

Elle nous regarde jouer, allongée au sol...elle rit lorsque je la percute volontairement...

Agacée, je lui lance un deal: «Si je te donne le chewing-gum, tu joues avec nous?». Elle me regarde et rit de ce rire grave qu’elle a quand elle est très contente. Elle se relève aussitôt, récupère son chewing-gum et se joint à notre partie de balle.

Maïa regarde Marie-France et lui tire la langue plusieurs fois, l’air de dire...»tu vois j’ai gagné»....

 

Dimanche matin, Galipy...Maïa est de plus en plus à l’aise pour grimper la structure...il faut dire qu’elle a pris plusieurs centimètres! 

En revanche, elle tapote toujours les enfants et parents qu’elle croise. 

En fin de journée, Maïa découvre la pâte à sel que j’ai préparé. Elle la lance, la goûte, l’écrase du pied. Elodie lui montre que l’on peut la malaxer, la faire rouler entre ses mains, en coller des morceaux sur le tableau. Rien à faire, notre terreur préfère jouer au foot avec...Elodie lui propose les legos, Maïa joue près d’elle avec le tracteur dans lequel elle installe les bonhommes. Elle imite Elodie en faisant: trotter le cheval sur son ventre, faire du toboggan au bébé, rouler la voiture sous le pont improvisé avec le U-porteur, en claquant la langue...Je les filme pendant 10 minutes, Maïa donne vraiment l’impression de jouer même si les échanges de regards avec Elodie sont peu fréquents...


Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de maia-methode3i
  • : Je m'appelle Maïa. Je suis née le 4 avril 2009. Je présente un retard de développement avec troubles du spectre autistique. J'ai commencé la méthode des 3I au mois d'octobre 2011. Ce blog permet à mes bénévoles, ma famille et mes amis de suivre mes progrès au quotidien. Ce blog permet également à ma maman de partager notre expérience...
  • Contact

Recherche